DIOXYDE DE TITANE E171

, par Alf

Il fait quelques jours j’ai lu la notice d’un médicament en gélules, qui m’a prescrit mon docteur. J’ai vu que dans sa composition il y a du dioxyde de titane. Après une recherche sur google j’ai compris que les dirigeants des laboratoires ils n’ont rien à foutre de la santé des gens. La seule chose importante pour eux c’est le business.
Vous trouverez dans l’article des extraits des recherches sur le net avec ses liens :

- http://www.jesuismalade.com/archives/2011/02/09/20346680.html

Le dioxyde de titane est une nanoparticule dangereuse à l’état volatil (cancer du poumon), Elle est utilisée dans l’industrie cosmétologique, (produits cosmétiques, crèmes solaires...) comme colorant alimentaire et dans la quasi totatlité des gélules et comprimés des médicaments.

Son utilité est nulle. La seule utilité est son faible coût (utilisation de 2 millions de tonne chaque année).

Son utilisation est simplement lié à sa rentabilité. Qu’il soit potentiellement allergisant ou cancérigène importe peu. Les laboratoires pharmaceutiques s’en foutent et chaque fois que je leur ai écrit à ce sujet, je n’ai jamais eu de réponse.

- http://www.bioetbienetre.fr/dioxyde-de-titane-l-empoisonnement-continue/ar290.html
Selon certaines études, l’inhalation, l’ingestion ou le contact régulier avec la peau mettent la santé de l’homme plus ou moins en danger en fonction des doses auxquelles il est exposé.
Le TiO2 est d’ailleurs classé depuis 2006 "potentiellement cancérigène pour l’homme" et certains toxicologues n’hésitent pas à le montrer du doigt en tant que molécule mutagène qui en pénétrant les barrières biologiques lèse l’ADN et endommage sérieusement les cellules, alors que les laboratoires cosmétiques affirment avec conviction qu’il est sans danger pour nos cellules.
Crèmes solaires (pour son effet anti UV), maquillage dont les fards à paupières, rouges à lèvres, fond de teint en crème, poudre libre ou compacte (pour son pouvoir anti-agglomérant) ; la plupart des cosmétiques , qu’’ils soient conventionnels ou de qualité bio en contiennent et chacun d’entre nous se trouve exposé continuellement à ce produit réputé toxique.

Quelques laboratoires ont décidé de ne pas commercialiser la molécule pour sa toxicité sur l’homme et son impact sur l’environnement mais la plupart l’utilise allègrement.

À nous consommateurs de refuser ce produit dangereux au même titre que les OGM ou les pesticides.
S’il est difficilement repérable chez votre pâtissier (un macaron ou une crème blanche comme neige devraient vous interpeller !), il est très facilement identifiable sur les produits cosmétiques dans la liste INCI du produit sous le nom de Titanium oxide.

- https://fr.wikipedia.org/wiki/Dioxyde_de_titane
Toxicité et écotoxicité
Faisceaux de nanotubes de dioxyde de titane (TiO2). Aux échelles nanométriques, la toxicité et écotoxicité des matériaux diffère fortement de ce qu’elle est aux échelles micrométriques ou macroscopiques.

Sous forme micrométrique, les poussières de dioxyde de titane sont source d’irritation oculaire et des voies respiratoires (irritation mécanique).
Sous forme nanométrique, des effets inflammatoires semblent possibles19. Le TiO2 ne semble pas allergène sur la couche supérieure de la peau, mais il peut potentialiser un autre allergène (chez la souris, « indépendamment de la taille des particules »), et des discussions existent quant à leur degré de toxicité, cancérogénicité et génotoxicité des nanoparticules, selon qu’elles soient enrobées ou non. L’écotoxicité des formes nanométriques est à ce jour mal connue, et n’a été étudiée qu’en laboratoire sur des animaux et quelques plantes (microalgues ; Pseudokirchneriella subcapitata), car ces produits ne sont diffusés dans l’environnement que depuis peu de temps.
Cancérogénicité
Le 10 mars 2006, le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) a classé le dioxyde de titane cancérogène possible pour l’homme (catégorie 2 B) Chez le rat exposé au TiO2 nanoparticulaire par instillation intra-trachéale, intra-nasale ou plus par inhalation, un impact toxicologique pulmonaire à long terme a été observé, avec « saturation de la clairance pulmonaire accompagnée d’une inflammation pulmonaire chronique, de la production d’espèces réactives de l’oxygène, d’une diminution des mécanismes de défense (antioxydants), d’une altération des cellules, d’une prolifération cellulaire et d’une fibrose ».